05 mai 2018

Printemps humide


Mésange au bain


Duo de grenouilles (à la coule)


Couple de mandarins au sortir du bain
 (monsieur a revêtu son plumage nuptial, madame est subjuguée)

Photos (trop belles) de Bénauït Gaü
[un temps de canard]

27 avril 2018

D'égouts et des couleurs

Japanese manhole cover - Plaque d'égout japonaise
Ville de Tsuruga - Préfecture de Fukui

Ville d’Isahaya (Nagasaki)

Ville de Fuji (Shizuoka) d'après Hokusai

Ville de Kusatsu (Shiga) d'après Hiroshige

Ville d’Ikaruga (Nara)

Ville de Takamatsu (Kagawa)

Ville de Miyoshi (Hiroshima)

La conception de plaques d'égouts artistiques au Japon : un sport national.
Des plaques d'égouts partout sur : golem13.fr, (mon regard d'accès)
                                                     : nippon.com/fr
                                                     : chez yuji_uz_hagoromo 
                                                     : sur sky.geocities.jp

Yamaguchi (préfecture)

Tous les goûts sont dans la nature, les poètes peuvent avoir également une plaque : ici un hommage de sa ville natale à Chūya Nakahara, appelé parfois le Rimbaud japonais, reconnaissable à son chapeau légendaire.

18 avril 2018

Le monde de Oui Oui go


Un brainstorming collaboratif entre les équipes marketing et les clients SNCF a accouché sous péridurale de ce magnifique logo dont voici dévoilées les entrailles :
"«O» évoque une bulle de confort et de sérénité; «Oui» notre intention de dire oui; «nou», évocation du «nous», un écho du «rapprochons-nous» du groupe SNCF ; «ino», notre volonté forte d'innovation et de digitalisation ; «in», «être dedans», être en phase avec son temps; «Inoui», c'est la force de cette nouvelle promesse client, une promesse aspirationnelle dans laquelle chacun se retrouve".


Ça fume
Con-Con
" Con évoque on qui est un con comme on le sait; con redoublant le con initial atténue la violence du mot par sa charge hypococoristique, comme dans cul-cul (la praline), cela pour ne pas ostraciser les neu-neus brainstorminés dans ce monde de oui oui go ."



Tchi tchi fou -  tchi tchi fou 

10 avril 2018

Alice à Zanzibar


Oh le beau titre !


Collection Freaks, 12 €.

Cet énergumène de Sacha
Qui a l’esprit dada
Prétend ne pouvoir jouir
Que besogné par un fakir
Et dans un lit Ikea en lisant Tristan Tzara.



Oh le beau chapeau !

Cette habitante de Sète
Pratiquante du 5 à 7
Y invitait souvent un cheik
Deux ou trois évêques
Et de deux à six ascètes.

Edmund Dulac - Lyrics pathetic and humorous from A to Z

Traduction sans rimes : Si quelque chose doit être dit en un verset au sujet des lettres X, Y et Z, confions-en la mission à ce vieux mathématicien qui les a toutes en tête.

13 mars 2018

Touche pas à mon porc

Le cochon est une personne

Métamorphoses du Jour -  JJ Grandville 
...
  ━ Nénette, t'as le cochon dans le maïs...
    Et il s'en retournait vite en bord de touche où des hurlements lui annonçaient qu'il s'était passé quelque chose d'important.
    Ma mère chaussait ses sabots et s'en allait dans le maïs.
    Elle appelait doucement.
 ━ Pilou, Pilou, Pilou...
    Au bout d'un moment il arrivait le drolle, le porc. Content. On aurait dit qu'il souriait. Il se dandinait de ses deux cents kilos comme une grosse truie qu'il n'était pas. Il grognait de plaisir. Déjà il commençait à se rouler par terre, à se  mettre sur le dos. Il attendait la caresse pareil à un petit chien. Ma mère lui parlait comme à un enfant.
 ━ Petit, petit, petit, joli, joli, joli...
    Et le porc de se tordre et rigoler. Demandant qu'on lui gratte le ventre, qu'on lui peigne la soie, qu'on lui flatte la couenne, qu'on discute avec lui. Un énorme bonbon de tendresse, rose dans le vert du maïs.
    Ma mère l'amadouait bien vite. Il la suivait tranquillement jusqu'au parc à cochons, au "courtey" au fond du jardin. Il y rentrait sagement comme on rentre à la maison. La perspective de la gamelle sans doute...
    Souvent, quand elle l'enfermait, ma mère entendait une immense clameur venue du stade.
 ━ Ah, disait-elle doucement au cochon, ils ont du gagner...
...
Extrait de Pilou dans XV histoires de rugby de Patrick Espagnet 
Editions Culture Suds

Cochon d'Espagne - Vallée du Baztan (il a l'air dubitatif)

    Etel et moi, nous l'avons connu, Pilou, (ou bien son frère) tranquille dans son havre au fond du  beau jardin,  tout comme Nénette qui nous disait qu'elle s’échappait en pleurant quand venait l'heure de l'envoyer ad patres, le Pilou.

[Le porcochon nous plonge également dans des abîmes de réflexions sémantiques. Pourquoi dit-on : ━ Madame la charcutière, donnez-moi s'il vous plait, trois côtelettes de porc et deux pieds de cochon. Et aussi :  ━ Celui-là, une vrai tête de cochon ! ━ Ah lui, c'est un gros porc !]

Albertus Magnus - De animalibus

Le cochon, qui n'était pas en odeur de sainteté au Moyen-Âge, est absent mais son cousin sauvage, le sanglier, le représente.

07 mars 2018

La peau de chagrin

   La peau de chagrin magique représente la force vitale de son propriétaire, et se racornit à chaque satisfaction de son désir d'autant plus s'il vise à l'accroissement de puissance. Faisant fi de la mise en garde de l'antiquaire qui lui offre cette peau, le héros s'entoure de richesses pour se retrouver misérable et décrépit à la fin du roman.W
Balzac -  La peau de chagrin


   Je le reconnais, je n'ai jeté qu'un rapide regard à cet organigramme et n'y ai pris que ce que j'ai bien voulu voir, tant j'ai été séduit par cette belle personne, comme on dit maintenant : coupe de cheveux au petit poil, front haut, regard vif et franc, rasé de frais, cravaté, costumé, chemise blanche impeccable, en sus polytechnicien, un gage de première, 54 ans, la force de l'âge, et puis, cinquième fortune française tout de même...et telle une midinette devant un rouleur de mécaniques, j'ai succombé et ai converti en belles et bonnes actions Altice (dont je pensais alors qu'elles allaient monter au plus haut des cieux), notre Livret de développement durable (ex-Codevi), gonflé à son maximum, 12000 euros hors intérêts, fruit de l'épargne de deux vies de labeur.

Action Altice : la chute de 22€ à 7€

Adieu veaux, vaches, cochons, couvée !

   Moi qui me voyais avec les plus-values inonder ma chère moitié de Coco Chanel N°5, lui offrir des promenades romantiques sur le sable chaud de la plage privée et sécurisée d'un hôtel cinq étoiles dans une île paradisiaque, la sortir le dimanche après-midi dans le dernier SUV (sport utility vehicle), me voila réduit  à guetter les signes avant-coureurs d'un probable ulcère gastro-duodenal, d'autant que je ne lui ai rien dit à ma moitié et que je me mine de ne pas lui avoir avoué que j'ai mangé en quelques mois les deux tiers de notre pauvre capital.

   Je m'y suis penché à nouveau sur cet organigramme mais comment, comment n'ai-je pas perçu ces signaux alarmants qui me crèvent maintenant les yeux ? double nationalité : français et israélien et comme si ce n’était pas suffisant, en bonus, résident Suisse; siège de l'entreprise chez le Jean-Claude au Luxembourg et puis, et puis, une abyssale dette de 49.6 milliards d'euros . Non !!! Mais oui, ma chère, puisque je vous le dis !
   Achats et rachats tout à crédit, millions de clients fuyant en masse Sfr/Numéricable, gestion à la hache du personnel (j'avoue que ça ne m'aurait pas dérangé si l'action avait monté), montages financiers pour séparer Altice USA qui est bénéficiaire (grâce principalement à des cadeaux fiscaux qu'a fait le Donald aux grandes entreprises), et Altice Europe qui bat sérieusement de l'aile, tout ça sent bon le traquenard.

Ce qui m'habite et qui m’obsède  Aragon

Cabinet Coco-Natix-Baclay Investment

Nos conseils : Vendez au plus vite avant que vos actions ne soient plus bonnes qu'à vous torcher (attention, le papier des actions virtuelles étant extrêmement fin, pensez à vous laver les mains à grande eau et brossez vous soigneusement les ongles après usage.)

Nos prévisions : la faillite n'est pas loin, les actionnaires, petits et gros, l'auront profond dans le chose et se consoleront en astiquant ce qui reste de leur peau de chagrin, les employés ne verront ni le beurre ni l'argent du beurre. Le Patrick, lui, ne va pas finir comme dans le roman de Balzac mais il va s'en retourner plein d'usage et  déraison à Tel-Aviv, vivre entre ses parents le reste de son âge, tout en profitant de sa fortune personnelle intacte, 7,5 milliards d'euros, qu'il a mise bien à l'abri sûrement à Panama, à Guernesey ou aux îles Caïmans, les bien nommées.

Rappelons ce bel adage boursier :
On ne rattrape pas un couteau qui tombe
(surtout si il est sans manche et qu'il lui manque la lame, comme l'aurait dit Lichtenberg)

et terminons par une devinette pour détendre l'atmosphère :
Quelle est la plus haute de ces trois pyramides ?


Avertissement
Cette histoire est entièrement vraie, puisque je l'ai imaginée d'un bout à l'autre.
Boris Vian dans L'Écume des jours

28 février 2018

Frisquet, frisquette

Frisquet, ette [fri-skè, skè-t'] adj.
Se dit populairement d'un petit froid vif et piquant. Il fait frisquet. L'air, le temps est frisquet.
Étymologie :
Diminutif de frisque, qui dérive de l'allemand frisch, frais. (d'autres y voient un dérivé du flamand)
Littré

Kiichi Asano-Himi-February from Snow Country series-1956
Frisquet

Kiichi Asano-Himi-February from Snow Country-1956
Frisquette

Kiichi Asano-Liyama-1957
Bon, bon, je rentre...


Mais tombe la neige
Impassible manège

22 février 2018

Une matinée bien tranquille

Ouah ! déjà six heures, mais ils voient donc pas que j'ai faim, oh ! il faudrait qu'ils se bougent un peu , comment faut-il leur dire, pourtant je demande assez fort... Ah ! il fait du bien ce petit bibe du matin, j'espère qu'ils n'ont pas oublié la compote qui vient après. Ensuite, je vais réclamer un petit morceau de pain, ça me fait les dents... ils vont dire non mais je vais insister, ils vont finir par céder, je les connais comme ma poche... Oui j'ai bien mangé mais bon, ça va, lâchez-moi maintenant, j'ai à faire, il y a ce tiroir plein de trucs, j'ai fini par trouver comment l'ouvrir,  je mets  tout par terre, c'est trop drôle, je pourrais y passer la journée et en plus ce n'est pas moi qui ramasse... Ça me vient tout à coup, et si j'allais  faire un petit tour à l'escalier, à quatre pattes pour commencer  – Noon! Noon! –  Mais de quoi je me mêle ? J'en suis tout juste à la troisième marche...  On me soulève, on m'emporte? ils ne perdent rien pour attendre... puisque c'est ça, je vais à la plante verte, dans le pot, c'est plein de jolis petits cailloux tout lisses, je m'en mets  plein dans la bouche, je les entends déjà : – Crache ! – crache !... quelle bande d’empêcheurs de tourner en rond... Houla ! j'ai un petit coup de mou, allez prends moi dans les bras mais ne reste donc pas comme un piquet planté, emmène moi à la baie vitrée, on va peut-être voir des oiseaux... maintenant à la porte d'entrée, et si jamais quelqu'un arrivait ! Non, il n'y a personne... Allez, demi-tour ! mais  qu'est-ce que je vois de là haut ? ils ont laissé traîner la télécommande pleine de boutons sur la petite table, si je monte dessus, à tous les coups je l'attrape ... Descend moi ! vite ! – Qu'est ce qu'on a dit !?, qu'est ce qu'on a dit !? Qu'est-ce que j'en sais  moi de ce qu'on a dit, vraiment  trop c'est trop... Comment,  je suis tout rouge, eh bé oui, je pousse, quoi de plus naturel et en plus ça tient chaud. La suite me plaît moins,  ils vont me prendre par dessous les bras , me flairer comme un chien et je suis bon pour la table à langer : – il en avait fait un gros caca !!! je ne vois pourtant là rien d'extraordinaire, j'en fais plusieurs par jour et ça ne me coûte rien mais pourquoi me parlent-ils à la troisième personne?
...Je suis tout propre... Aïe ! la minute culturelle ! on va lire un peu, mais qui on ?, pour ma part je ne dis pas un mot, et vas y que je t'imite le chien et le chat, le lion et l'abeille, bzzz, bzzz, bzzz !!! - parfois je me prends à douter de leur santé mentale- et que je te passe immédiatement au niveau supérieur : trois tortues grises trottaient sur trois toits gris très étroits. Trois troîts gris !!! C'est pas dieu possible, ils veulent m'apprendre et se plantent en lisant la première ligne...
Je l'aurais parié, maintenant, au tour du puzzle : je prends une pièce et je tape comme un sourd, il n'y a rien qui rentre. Ce que je préfère dans le puzzle, c'est la tête qu'ils font, très attentifs au début, puis, plus je tape, plus leurs mines s’assombrissent, à la fin, ils sont carrément consternés... C'est bon, je vous laisse,  les intellos, je vais faire un tour à la cuisine, ça fait un moment que je n'y suis pas allé, j'aime bien, ça sent bon, et puis il y a le four avec une lumière rouge, – Chaud ! Chaud !, chuintent-ils, – Je sais, je sais... Je m'en fous de leur four, je passe devant en le touchant quand même un peu pour le fun, ah oui trop cool, ces aimants sur le frigo, ça se détache bien, j'en prends un, je vais le mettre à la poubelle pour voir,  je me marre...
Ouh ! heureusement que j'ai regardé la pendule :  dix heures !!!, je vais me faire une petite sieste parce qu’après, j'ai encore un boulot pas possible...


Bon,  allez,  à plus pour de nouvelles aventures !

07 février 2018

Struggle for life

La lutte pour la vie - La lutte pour l'existence
Ch. Darwin (1809-1882) : L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la Lutte pour l'existence dans la nature.

"Dans une société fondée sur le pouvoir de l'argent, dans une société où les masses laborieuses végètent dans la misère et se gavent d'huile de palme tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de «liberté» réelle et véritable."
Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine

Sin lucha no hay victoria
Il n'y a pas de victoire sans lutte

   En fin stratège, je m'étais levé avec les poules et j'arrivai avec une bonne demi-heure d'avance sur l'heure d'ouverture de mon supermarché préféré. Si j'ai bien reconnu les casse-bonbons de toujours, le caddie collé à la vitre afin d'entrer les premiers pour des achats que l'on pressent d'une extrême urgence, j'ai été déconcerté de voir toute une foule d'inconnu.e.s, visages graves et concentrés. Une fraction de seconde, le doute  m'a saisi, et s'ils étaient là pour la même raison que moi ? J'ai malgré tout pris sagement la file et j'ai suivi tout ce joli monde qui, aussitôt les portes ouvertes, s'est mis à courir comme s'il avait le diable aux trousses.
   Les salauds!!!, quand je suis enfin parvenu à la gondole du Nutella à 70% de réduction , celle-ci était vide.
   J'ai vite analysé la situation : manque d 'actualisation des connaissances du milieu dans lequel je devais  évoluer, condition physique incertaine,  mental de papier mâché entaché de zestes de sensiblerie mal placée; promis, la prochaine fois, m'appuyant sur les pensées conjuguées de mes camarades Darwin et Lénine, je chausse mes rangers cloutés pour mieux piétiner la veuve et l'orphelin, je la joue des coudes sévère, rentre dans le lard à l'huile de palme de ces masses laborieuses et sors ma panoplie : taloches aux gnares, mandales aux femmes, coups de croquenots dans les tibias aux hommes, croche-pattes et crêpages de chignons pour tous et  on verra bien  qui arrivera le premier.
  On peut toujours tirer des plans sur la comète, mais bon, le mal était fait, je me suis consolé en achetant une grande boite de Ferrero Rocher, au prix fort, pardi, et de rage, je me suis enfilé le paquet entier.

“Là où il y a une volonté, il y a un chemin.”
Lénine

02 février 2018

Inspecteur Cocolumbo

28/10/2017 à 15h51

Al. D., âgée de 29 ans, est partie ce samedi matin, vers 9 h, de Gray-la-Ville pour faire son footing sur le secteur de Mantoche. La sortie était prévue pour une quarantaine de minutes. Le mari, ne voyant pas revenir son épouse à 12 h 25, s’est rendu à la gendarmerie de Gray pour signaler les faits.
Gendarmerie de la Haute-Saône sur sa page facebook

Peter Falk - Lieutenant Columbo

Dès que j'ai eu connaissance de ce communiqué, [(toute l'affaire en quatre lignes : deux personnages,  unité d'action, de lieu et de temps (théâtre conjugal classique, sans l'amant; avec, ce serait du théâtre de boulevard)] j'ai  immédiatement flairé qu'il y avait anguille sous roche, j'ai pressenti le meurtre et désigné l'assassin,  comment ?

1. le délai de signalement  est trop court; si l'on devait signaler pour disparition inquiétante tout.e.s les majeur.e.s qui ont deux heures de retard , il y aurait dans les Gendarmeries et Commissariats de police plus de monde qu'aux guichets de Pole-emploi .
2. Les mots parlent d'eux-mêmes : le mari s'est rendu  à la Gendarmerie, mais le gendarme qui l'a reçu, se méprenant sur le sens de sa visite, certainement trop affable, trop en empathie, a pris sa déposition en négligeant de lui poser la bonne question :
 – Me raconte pas d'histoire, tu l'as tuée, où as-tu mis le corps ?

Columbo, la série
La particularité première de cette série est de toujours montrer le meurtre (ici, c'est le coupable qui se montre) au début de l’épisode : ainsi, le téléspectateur sait immédiatement qui est l’assassin, ce qui va à l’encontre des fictions policières habituelles. En outre, le lieutenant Columbo repère assez rapidement le coupable... qui va immanquablement chercher à l'orienter sur une fausse piste..., et le confond invariablement grâce à un petit détail révélé seulement à la fin de l'épisode. W
( Dans le cas du mari, c'est certainement le traceur espion Gps de sa voiture de service dont son employeur ne lui avait pas révélé l'existence, qui l'a confondu définitivement.)

[Une autre affaire que j'ai sur le feu : N. Lelandais. Pour l'instant, vu son nom, je ne vois pas comment il pourrait être coupable ]